mercredi 27 octobre 2010

RS92SGPW HERSTMONCEUX 241010 0Z COMPTE RENDU

Une prévision donnait une ligne de points de chute probables de HARDELOT à BETHUNE suivant les conditions d'ouverture du parachute. Une simple prévision classique donnait un point au alentour de FRUGES. Aucun point et aucun risque pour une chute à la mer !
Donc il n'en fallait pas plus pour décider d'y aller faire un tour en nocturne. Le temps était froid mais pas de vent au sol et un magnifique clair de Lune pour éclairer la campagne. Conditions presque idéales, il est 2 heures locales passées, la chute au sol est en principe pour 3h15-3h30.  Une  heure de route à faire.
Installation du PC dans le véhicule et direction Sud avec le GPS par la route habituelle de DEVRES.
Dans un virage, le logiciel de capture disparaît de l'écran ! Bon début, mais pas de découragement...
Il me faut le recharger au bord de la route, c'est le désert.
La radiosonde est déjà en train de descendre depuis le départ et arrivé dans les rues de DEVRES, c'est terminé pour la réception. Le dernier point est heureusement à 1265m d'altitude et les coordonnées GPS de ce point sont bien relevées. Le plus logique est donc d'aller sur place à l ' Ouest de FRUGES.


Derniére trame reçue en station fixe. Position à 648 m  50.53366N et 2.07652E.


Dernière acquisition à 602 m mais le GPS ne donne rien. La vitesse de descente est de -2,7 m/s.  


En haut le dernier point à 648m :  50.53366 et  2.07652. D'après les vents en local, la radiosonde ne peut qu'être au Sud-Est de cette position. Arrivée sur site par Wailly à gauche de la carte. Première route à droite.
Un relevé gonio au point en bas marqué point_gonio1, sur les hauteurs ne donne rien avec un 360°.
Le paysage est restreint, il fait noir, le ciel est étoilé, avec la pleine Lune,  les étoiles et les  phares  rouges  placés sur  une multitude  d'éoliennes à perte de vue. Le Pas de Calais posséde 10% du parc des éoliennes français et nous sommes dans la région de FAUQUEMBERGUES.

En route vers le point à 1265m, par LA RUE BRUNOT et COUPELLE VIEILLE. Au village, la direction de VERCHOCQ est prise et c'est là que la radiosonde réapparait avec un très bon signal. Au point gonio 2, à droite de la carte au Nord du village. Le GPS ne marche plus, pas de position, donc gonio...

Un peu plus loin, arrêt et gonio au Nord du village à environ 800 mètres. Voir la punaise en haut à droite de la carte. En fait c'est le point gonio 2 véritable. Le 360° donne une direction Sud.

Donc demi tour et retour au village, pour refaire un arrêt gonio au point marqué 2. La direction est presque perpendiculaire à la première, vers l' Ouest. La radiosonde n'est pas loin, et c'est confirmé par le signal fort à cet endroit. Pas de tracé sur une carte. La configuration du terrain suffit, c'est un village avec des champs et des terrains genre prairies.
Dans le village de COUPELLE VIEILLE, première petite route à droite entre les maisons.
Et nouvel arrêt à environ 400 mètres au bord de la petite route. L'endroit est désertique, aucun passage.


Sur la carte, la gonio est faite à l'entrée du chemin qui méne à la punaise. En fait c'est un chemin de terre très boueux qui méne à un hangar agricole, qui n'est pas visible sur la vue satellite. Emplacement de la punaise.
La gonio sur 360° indique une direction vers le Sud Ouest, en plein sur le hangar mais il y a des prairies tout autour à explorer.

Le temps de chausser, les chaussures de marche pour un trajet dans la boue, et me voilà parti, sur ce chemin.
Il n'y a personne, ni ferme mais ambiance nocture spéciale avec le clair de Lune.

L'exploration autour du hangar qui fait bien 15 mètres de haut ne donne rien, ainsi que la visite dans les patures proches. Quelques clotures électriques, qui ne fonctionnent pas.

Il faut encore faire de la gonio, en atténuant le signal car il est trop fort. Le résultat tombe comme un couperet, la radiondes est SUR LE TOIT DU HANGAR !  Pas de doute, en regardant bien, le parachute, une simple tâche blanche se détache sur l'angle côté Est du hangar. Misére, comment faire pour récupérer la radiosonde à 15 mètres de haut ?

 Après réflexion, une solution consiste à lancer une pierre au bout d'une ficelle pour essayer de tirer sur le parachute. La radiosonde est sans doute posée quelque part sur la toiture.
Quelques essais ne donnent rien car dans le noir, l'estimation de la hauteur n'est pas bonne.
La pierre retombe, il faut recommencer en la lançant depuis un tas d'argile de 2 mètres !

Deux mètres en moins, c'est toujours ça de gagné !

Après plusieurs tentatives décevantes, l'espoir d'y arriver s'éloigne et le retour à la maison semble proche, bredouille, pas très amusant après tout le mal pour arriver sur place. Non, il faut continuer, quitte a demander une échelle ou autre solution trouvée le matin ?

Une pierre reste sur la toiture, enfin ! Il faut tirer délicatement mais elle se coince quelque part ?
En tirant, la ficelle se rompt et retour à la case départ ! Le découragement n'est pas loin !

Après d'autres essais avec une pierre plate et un fil de fer tordu en crochet. Rien ne marche. Il me faut chercher un bâton ou une tige de fer plus lourde. Je fais le tour du hangar, tout le tour et côté Nord à l'opposé, je trouve un tas de ferraille, mais rien de valable. Je reléve ma tête, et là la radiosonde est en face de ma figure à 50 cm du sol !

Imaginez une boîte blanche qui se balance légérement devant vos yeux ! Une apparition, un fantome de sonde ? Une hallucination ? Non, elle est bien devant moi. Mon récepteur en témoigne, la réception est sans antenne et à fond. Je décide de tirer sur le fil qui vient du toit au dessus à la verticale de la radiosonde.
Pas de problème, le parachute glisse sur les toles de ciment, il fait un léger bruit, il faut tirer doucement, et rien n'accroche, une chance !

C'est alors que le parachute, libéré descend tout doucement à mes pieds, avec un mouvement parfait de ralentissement et une ouverture impeccable !

Imaginez la joie, de récupérer cette radiosonde aussi facilement. Elle était surement posée sur le sol boueux au pieds du hangar, depuis sa chute. La ficelle très longue en diagonale du toit et le parachute au bord opposé, ne pouvant plus bouger car le vent était quasi nul.

Retour à la maison, AVEC la radiosonde ! Reste  comprendre, avec les fichiers des vents à H0, pourquoi la radiosonde est tombée à cet endroit. Par contre, on ne peut pas dire pourquoi, l'éclatement a été plus bas que d'habitude. Changement d'approvisionnement en enveloppes, défaut de fabrication, surgonflage ?


Fin du récit !

Avec ma pierre et ma ficelle, la radiosonde s'est élevée de 50 cm environ du sol.


En rouge, la ficelle est sa bobine.


Position de la radiosonde à son arrivée sur le hangar dans l'axe du vent.


La trajectoire "compléte" du centre météo, à son point de chute: le hangar agricole !


Eclatement inhabituel à 23065m pour les sondes de Herstmonceux. Position 50.70193N et 1.22862E.

Remarquez les tracés en hélice ou demi cercles en rouge. Origine ?


Sondage HERSTMONCEUX à H0.


Sondage au point d'éclatement à H0


Sondage intermédiaire à SAMER pour H0.


Sondage juste avant l'impact à VERCHOCQ pour H0

73 Alain