MESSAGE DE BIENVENUE


dimanche 3 mai 2015

Le "BURST" c'est quoi et comment ?



















Voici la trajectoire relevée avec SONDEMONITOR la nuit du 03 mai 2015 à 0Z.
Trajectoire incomplète car j'ai manqué le début :  eh, on peut s'endormir devant sa télé !
Mais il y a matière à observer ce qui se passe au moment du "burst" qui signifie en français de chez nous : éclatement (ne jamais dire explosion dans le cas des ballons).

Il n'y a pas le début, mais la descente est complète et se termine à 389 m pour ma réception avec l'antenne dirigée plein Ouest vers Herstmonceux !  La vitesse de descente de la RS à ce niveau est de 3,7 m/s, on peut conclure que le parachute était bien ouvert.  Donc une descente "normale" ou "nominale".

Cet écran est un zoom de la petite pointe du bas, sur le Z de la trajectoire entre Douvres et Calais.
La flèche indique la position du "burst". Il faut remarquer que les points sont réguliers avant l'éclatement et ensuite comme la RS est très secouée, ils le sont moins.

Données : altitude maximale 27161 m   suivant les vols. La vitesse de montée reste positive un court instant.

























De 0 à 16 secondes avant l'éclatement la vitesse de montée est comptée comme positive et d'environ 6 m/s. Ensuite après l'éclatement, elle passe à -35 m/s, c'est une valeur négative car de sens inverse par rapport à la montée, et c'est la descente. Environ 30 secondes de chute rapide suivie d'une stabilisation à vitesse sensiblement constante autour de -30 m/s : le parachute s'est ouvert !
Ce n'est pas toujours le cas, et on a déjà observé des vitesses de -160 m/s après l'éclatement, parachute plié d'usine pendant tout le vol !
Pour une durée d'environ 1 heure, la vitesse passera ensuite de -30 à -20 m/s  et finira à -3,5 m/s au sol.

























Cette belle courbe nous montre qu'il y a une relation entre la pression atmosphérique et l'altitude.
L'intervalle des mesures est entre 18 hPa et 33 hPa  qui correspond à notre première partie d'étude de la descente.

MAJ-1  :    c'est fait, voici la trajectoire, après l'éclatement dans un plan VERTICAL.
En général nous la voyons en plan HORIZONTAL sur la carte et en 2D.
Partant de là, ça doit être possible de l'obtenir en 3D !

Petite explication :   sur ce graphe.
On commence par voir une légère montée à plus de 27000 m, en haut à gauche.
Et c'est l'éclatement de l'enveloppe, elle atteint son diamètre limite compte tenu de sa taille.
Un point faible se déchire et toute l'enveloppe part en morceaux de latex, dont certains sont
emmêlés dans les suspentes et la ficelle.
Si c'est le cas, la descente sera moins freinée. Ici la vitesse passe de  +5,8 m/s au sommet à l'altitude
de 27161 mètres, et arrive à -35 m/s. Il y a un moment, où la parachute freine et la vitesse va se
réduire à -20 m/s.

MAJ-2  :    encore quelques courbes !





Le départ se situe en haut et à droite, la courbe est la trace au sol de la trajectoire en latitude et en longitude.
Le coin supérieur à droite est en coordonnées :  50.06340 N   et   1.49800 E

La trace de la vitesse du ballon avant et après le "burst" en fonction de la distance parcourue depuis le point de départ à gauche.

 Graphe des vitesses du ballon et de l'altitude.


Graphe de la vitesse du vent et de la distance parcourue depuis le point de départ.

Graphe de l'altitude et de la température de l'air  (elle est négative :  exemple -50°C)

Graphe des écarts d'altitude et la distance parcourue depuis le point départ

Graphe des écarts d'altitude en fonction du temps depuis le départ. 


A suivre, il y aura d'autres courbes... 

73 Alain F6AGV
from :  f6agv (at) free.fr

Aucun commentaire:

Publier un commentaire