mardi 29 août 2017

APPEL A ADHESIONS

                                                Le BHAF  aide  une école dans son projet !

Bonjour à tous les amateurs de ballons,

L'activité ballons en France est très restreinte et très en retard par rapport aux autres pays et nous sommes les bons derniers dans le classement. C'est un fait vérifiable.
Nous ne sommes pas moins doués pour expérimenter mais nous ne sommes pas capable de nous grouper en association nationale.
L'activité satellites en France subit le même phénomène. Malgré les efforts et la reconnaissance dans les textes de la licence radioamateur. Nous devrions défendre le "service amateur par ballons" et faire reconnaître des droits à l'expérimentation et à l'instruction individuelle et en équipe. J'ai rajouté "en équipe" parce qu'en France on connait bien et on aime bien les activités "individuelles".

A vous de choisir, l'avenir, vous les jeunes, les anciens comme moi, nous vous ouvrons des portes, mais il y a une inertie incroyable, parce que cette situation arrange beaucoup la grande majorité des radioamateurs. Ceci en terme d'effectif du nombre d'inscrits.

Le problème est que nos activités ballons n'avancent que très lentement et nous sommes fiers d'utiliser les moyens que les autres pays mettent à notre disposition. Plus exactement, nous utilisons ce qui se fait de mieux ailleurs!

Je ne m’étendrais pas davantage sur les raisons de cette situation, vous en savez autant que moi !

En résumé, vous êtes persuadé que les activités ballons sont portées par :

--- les 800 inscrits au site RADIOSONDES français.     Lire Radiosondes et non Ballons.

--- les utilisateurs des moyens mis à la disposition des radioamateurs par le CNES et Planète-Sciences, hélium et enveloppes gratuits, donc pourquoi se poser des questions ?
Les problèmes sont nombreux, car au départ dans le cahier des charges de Planète-Sciences, les radioamateurs ne peuvent pas intervenir dans les projets des écoles !

--- des groupes indépendants qui suivent leurs activités, dans un club ou association sans se poser la question de mettre en place une structure nationale :  pourquoi faire ?

Nous avons tous la liberté de choisir, ce qui est bon, ou pas bon. Mais encore faut-il connaître, les composantes du problème au plan national.
Aujourd'hui, nous n'avons aucune garanti d'assurer la pérennité de cette activité. Les abus et des incidents peuvent durcir la réglementation et même interdire ou rendre très compliqué nos activités.

Il faut un INTERLOCUTEUR auprès des administrations de tutelles.

Il faut réduire le délai de 45 jours entre la demande de vol et le jour du vol. Car il est impossible d'expérimenter quand les phénomènes radioélectriques se produisent ainsi que les opportunités offertes par la météo. Ce n'est pas dans notre esprit de passer du temps pour faire voler un système, mais surtout passer du temps pour expérimenter un système et faire NOS MESURES.

Jusqu'à présent, l'objectif depuis plus de 20 ans est d'envoyer une boite dans l'espace.
Boite qui sera faite en une année. Et le spectacle de la boite qui décolle avec un ballon, a toujours beaucoup de succès, en particulier dans la presse qui montre un ballon.

Nous devons faire plus et mieux :   les boites sont des systèmes qui sont envoyés dans l'espace, quand il y a quelque chose d'expérimental à y faire.
Vous voyez l'énorme différence de concept.
Ce qui est important, ce n'est pas de lâcher un nouveau ballon, c'est de lâcher un ballon pour une "mission" bien précise à atteindre.

Le mot "mission" utilisé dans les autres pays est INCONNU en France.
On ne cherche qu'à tester une boite construite sur plusieurs mois, pour savoir si elle va fonctionner comme prévu, ce qui n'est pas du tout certain :  voilà le projet.

Il existe quand même des projets plus conformes avec des missions précises de tests et de mesures, mais la contrainte du délai de 45 jours devient intolérable.
Les projets des ballons amateurs ne sont pas dans la philosophie de Planète-Sciences dont le modèle est répandu partout en France et ne  correspond pas aux activités des autres pays qui n'ont pas de modèles standard :   ils expérimentent tout en respectant des règles mais leur délai est beaucoup plus raisonnable, adapté aux conditions.

Un exemple : une propagation des ondes arrive subitement, il est impossible d'y faire des mesures car il fallait le prévoir 45 jours avant !

Les radioamateurs utilisent l'espace pour y faire passer des ondes mais ils ne peuvent pas les mesurer in situ !   Non ?

Pour finir :   il faut faire reconnaitre l'activité ballons en France et inclure dans la licence :

"le service ballons"  avec  une extension radiosondes, si nécessaire car cette activité est "clandestine", et elle se fait "aux risques et périls", de chacun dans un paysage parfois difficile et dangereux.

L'avantage d'une association pour le ballons amateurs :
--- vous avez des prix abordables par des commandes groupées ( vous pouvez déjà commander chez les radioamateurs anglais, merci à eux d'être organisé!).

--- vous avez une assurance pour vous et les risques aériens moyennant la qualité de membre de l'association pour une somme modique.

--- vous recevez toutes les informations utiles pour la sécurité, au cours de stages, séminaires que  vous organisez vous même, puisque vous serez habilité par l'association.

--- l'association est du type 1901, et il y a des statuts et des élections, pas question d'un monopole d'une seule personne qui fait de l'appropriation pour son profit ou égo personnel.

Le temps est venu de réagir dans l'intérêt de tous et de la radio qui serait en déclin et effectivement si vous ne faites rien, elle va mourir :

" Le monde est dangereux à vivre non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. " ALBERT EINSTEIN.

 73  de  ALAIN F6AGV -  BHAF -