MESSAGE DE BIENVENUE


dimanche 1 mars 2015

VOLS de longues distances les 3 et 4 mars !



















Le Jet Stream pousse la radiosonde de Herstmonceux (50.891N et 0.3165E) vers l'Est de la Belgique ces derniers jours. Le trajet de la RS du 1 mars a été court en raison d'un parachute non déployé.
Les vents atteindront 150 knots ou près de 270 km/h en altitude (niveau 250 hPa).
Le 4 mars la tendance est au retour au calme.

Toutes informations bienvenues, bonnes chasses, (à la RS)...

MAJ-1   :
VOL du 3 mars 2015  0Z  :      le Courant-Jet  est bien au rendez vous avec ses vitesses au alentour de 270 km/h ( 75 m/s ). Imaginez ce que cela représente de parcourir 75 mètres en 1 seconde : pour réaliser avec un exemple concret, cherchez dans votre environnement des repères distants de 75 ou 80 mètres, comme un terrain, une rue, des poteaux et prononcez le mot "crocodile" !  Qui simule le temps de 1 seconde.
C'est énorme ! La masse d'air est entraînée par dessous, mais au sol les vitesses sont encore acceptables, si le Courant-Jet reste à son altitude autour des 10000 mètres.
Evidemment, si celui ci perd de l'altitude, la vitesse des vents au sol peut augmenter significativement.


Remarquez que la vitesse de montée reste normale :  + 4,3 m/s,  en effet la ballon vole à la même vitesse que le vent donc, ici à 75,7  m/s. Il n'est absolument pas affecté par ce courant. Sauf si des différences de vitesses apparaissent entre l'enveloppe Latex et le boitier de la radiosonde qui est suspendu, à 30 mètres plus bas. Il peut y avoir un mouvement pendulaire avec rotation. La pression atmosphérique est alors de 250 hPa au niveau des 10000 mètres. A voir aussi, le taux d'humidité de 18% à 10373 mètres, qui pourrait laisser envisager la présence de nuages assez haut. (cumulo nimbus ?).


Remarquez que l'enregistrement de la vitesse du vent, est en dehors du cadre (à droite). La valeur de cette vitesse dépasse largement les 50 m/s !  Peut-être :  80 m/s ?
Les directions du vol fluctuent rapidement ainsi que les valeurs de la vitesse. Ce qui donne le graphe, ci-dessus et ces courbes sont toujours aussi sinueuses. Ne pas oublier que le paramètre "temps" n'est pas visible sur ces graphes : il y a des variations en directions, vitesses et altitudes mais en fonction du temps.

 
Voici un exemple de ce qui peut se produire après l'éclatement de l'enveloppe. Celle ci augmente son volume et la vitesse de montée est sensiblement constante (entre 4 et 7 m/s) suivant la densité de l'air rencontrée pendant la montée. Vers les 26000 mètres dans le cas du ballon-sonde de Herstmonceux, le diamètre de l'enveloppe peut atteindre par exemple 8 à 9 mètres ( pour 1200 g). Un point faible dans la matière fait que cette fine enveloppe éclate (ne jamais dire explose). La masse totale des éléments de la radiosonde, visible sur cette photo, ne dépasse pas les 500 grammes (473 grammes pour la sonde de la photo ci-dessus).
Comme l'air est peu dense à cette altitude ( 26000 à 28000 m ) une chute vertigineuse commence.
Le Latex est projeté en lambeau dans un volume supérieur au ballon avant l'éclatement.
Le parachute est installé dans l'enveloppe à la fabrication avec les suspentes et la ficelle principale reliée au manchon.
L'ensemble chute en tourbillonnant avec une vitesse variable de -40 à -150 m/s. Il arrive comme c'est le cas avec la vue sur la photo, que le parachute reste emprisonné dans les résidus de l'enveloppe !
Vous pouvez remarquer, que le pliage d'usine n'a pas bougé et que le Latex fait une sorte de nœud autour du parachute. Une grande partie du Latex à la base est intacte, et a provoqué la non ouverture du parachute.
Une partie du Latex ( visible sous le boitier ) a été découpé en fines lamelles, perdues dans l'espace ou rattachées au restant de l'enveloppe. Donc tout dépend de l'éclatement, partiel ou complet ?

L'ensemble ci-dessus est descendu vers les - 60 m/s et au sol vers les -15 m/s au lieu de -3,4 m/s pour une moyenne normale. Evidemment le trajet est très raccourci, même quand le vent est fort comme c'était le cas.
Les radiosondes qui chutent à - 150 m/s quand le vent est faible, descendent très verticalement !
On dira pour qualifier les descentes avec parachute :
très longues, longues, normales, courtes, très courtes. 

     
Latex en boule serrée.


Suspentes et ficelle principale emmêlés, parachute plié "usine", latex en boule... 


Source : READY + BT
From : f6agv (AT) free.fr

Aucun commentaire:

Publier un commentaire