dimanche 13 août 2017

MA PREMIERE RS41 SG !!!

Voilà, il fallait se décider, longue route mais une première radiosonde de la série RS41, ça ne se refuse pas! Heureusement, le matin c'est la période du lever de soleil (comme le coucher mais en inverse, hi...). Alors pas besoin de mettre la frontale.

Comment s'est déroulée cette chasse relativement facile, disons sans galère. D'abord avec la phase de la prévision qui a été faite avec les paramètres de la RS92 SGPA, donc pas trop valable !
Mon objectif étant de trouver les nouveaux paramètres et de réaliser comment est faite une RS41 SG, son poids, son parachute...
Tout commence par la réception du signal sur la fréquence de 404.800 MHz avec le TMD-700E en position FM équipé de son cordon packet pour une meilleure largeur de bande. L'antenne est une 8 élèments Yagi sur mat aluminium de fabrication OM et à l'intérieur.

La radiosonde décolle enfin et c'est d'abord un souffle régulier qui apparait très faiblement.
Le signal augmente et il est interrompu pour économie de l'énergie des piles mais la musique devient vite mémorisée avec son bip et sa durée de trame d'une seconde.
Je laisse SONDEMONITOR en réception avec l'option RS41, et je vais dormir un peu.
Mon réveil a lieu avant l'éclatement au maximum de l'altitude :  quel est ce maximum pour la RS41 de Herstmonceux (code station 03882) ?
Première surprise elle monte encore et encore et le "burst" ( éclatement ) a lieu vers 31000 mètres !!
Bigre ! On a pas bien les vents pour ces altitudes ! Cela signifie que la distance parcourue sera plus grande car la descente commence en hauteur, au lieu des 26000 mètres !

 Ici elle survole Calais après un S !  Les vents sont contraires en haute altitude !  Comme c'est bien la descente, on peut remarquer que la vitesse est faible :  -3,8 m/s.  Donc, en résumé, la descente part de plus haut et le parachute va faire durer le vol donc plus grande sera la distance. Les jours de très grands vents la RS va partir très, très loin !
Autres remarques sur cette fenêtre de données : la température de l'air n'y figure pas ??
Oublie du COAA ? Je suppose que les concepteurs de SONDEMONITOR n'ont pas voulu, placer ce paramètre ?
C'est très dommage pour les calculs qu'on pourrait faire avec les paramètres de base : PTU !
Rien de bien sorcier? Peut être, nous ne sommes pas météorologues mais la physique de l'atmosphère donc les études de trajectoire se font surtout avec la pression et la température.
Ce qui nous permet de connaître la densité de l'air et de savoir pourquoi la vitesse de descente est faible ?
On verra d'ailleurs que le parachute est toujours le même, donc il est connu, la différence tient forcément quelque part :  pourquoi est-elle si faible ?  Eh bien, je pense que c'est une question de masse qui reste à vérifier avec la balance !!

La trajectoire est complète ! L'astuce est de pousser le squelch pour éviter de prendre du souffle ou des petites porteuses baladeuses dans l'environnement. C'est pour ça aussi, qu'une antenne YAGI très directive est indispensable pour s'affranchir des parasites locaux et amplifier un peu le signal utile avec un gain non négligeable qui ne coûte pas cher !

Avec l'antenne intérieure, la réception est bonne, et j'ai capté jusque 289 mètres en  coordonnées :
50.88010 N et  2.71191 E.  Ce qui est mon dernier point connu (dpc). Il peut servir à faire encore des calculs compte tenu de la vitesse de descente et de celle du vent !  Mais je suis parti, avec mon sac à dos qui est toujours disponible, aussi bien en randonnée, qu'en expédition radiosonde !

La chasse est toujours pour moi, ce que les "initiés" appellent "une chasse bio", c'est à dire sans GPS, sauf en approche.
Comme la RS émet encore sa position, il suffirait d'arriver dans sa zone avec une antenne, un récepteur et un ordinateur avec SONDEMONITOR et la position pour l'altitude du sol serait parfaitement enregistrée, plus qu'à y aller les yeux fermés !

Ah oui, j'ai remarqué qu'un progrès a été fait avec la RS41 : les altitudes "pression" et "GPS" sont identiques !  Ce qui n'était pas le cas avant, et c'est l'altitude "pression" qui était prise en compte car une relation physique relie ces deux paramètres !

Après un long trajet sur l'autoroute en vitesse modérée pour cause de brouillard, je circule dans les petits villages belges et vous avez tout intérêt à respecter le 50 à l'heure en les traversant, il y a des cages au sommet de poteaux dans les rues : ce sont des radars non signalés !!

Donc, finalement, j'arrive au point mis dans mon TOM TOM en degrés décimaux. Le fameux DPC.
Il n'y a pas d'extrapolation à partir du DPC !  Je vois que l'atmosphère au raz du sol est très stable en voyant ces nappes de brouillards immobiles (et humides).

Arrêt au point (1) bien avant, par instinct et sortie de voiture pour un 360 degrés avec ma 5 éléments dans la main droite et  le récepteur TH-F7 dans la gauche. Je ne fixe pas le récepteur sur l'antenne, pour mieux observer le bargraphe, commander le volume et atténuer en déconnectant la prise SMA ! Je place la masse sur la masse de l'antenne, l’âme n'est pas reliée, sauf par un effet capacitif.
En attendant mieux !?


 La carte de SONDEMONITOR est changée en version routière, pour avoir une idée sur les routes.
Le DPC est donc à 289 m (ou 321 m) et le cercle rouge indique une position au sol possible !
Mon premier 360° est justement sur cette position marquée (1), ci-dessous. .
Attention : les vues GOOGLE EARTH ont été faites à mon retour avec la version 6.  

Avec la gonio au point (2), dirigée vers le point (1), je sais que la RS41 située entre les deux et c'est le champ de maïs !
Arrêt au point (3) pour sortie pédestre avec les chaussures de rando !
Il n'y a pas une grande distance entre les points mais la méthode sera toujours la même !
Le signal étant fort, la RS41, ne peut pas être très loin mais pourtant invisible !

Point (1) :  gonio vers le champ de maïs, ben c'est le seul dans ce coin !  Mais ce serait trop facile et les RS ne se laissent pas faire pour qu'on les attrape !!!

Je dois être à 500 mètres, faits avec le véhicule pour repérer la zone du point de chute.
La direction de gonio au point (2) est tournée vers le point (1)) !
Je me dis OUF, faut pas aller plus loin !

Emplacement idéal pour stationner et se préparer. La présomption est forte et je vais de l'autre côté pour confirmation ultime que la zone est dans le cercle rouge, ci-dessus.
Un truc, pour le maïs, il est planté en rangées régulières, il suffit de trouver le bon couloir et d'avancer lentement sans problème sans abimer les plantes. Une longue pratique !!
Record : 2 heures de de recherche ! Mais les feuilles sont chargées d'eau par les nappes de brumes !!!

La ficelle entre la RS41 et le parachute est bien de 30 mètres ! Celui ci est invisible de la route.
Faut y aller !
Bon voilà, l'objet récupéré, et avant de le couper,  plusieurs appels sur le 145.550 MHz FM  n'a rien donné.
Je coupe l'émission avec le bouton OFF : suprême luxe !  Pas besoin d'ouvrir la bête.

Je regrette néanmoins l'absence de la LED verte hyper lumineuse qui nous a bien été utile la nuit pour abréger nos recherches dans les nuits sans lune !
Retour à la maison.

La chasse est finie, mais je dois déduire les bons paramètres pour refaire demain les prévisions du 14 août !   Vmontée :  280 m/mn,  Vdescente :  120 m/mn  et  Burst  :  33000 m.
On verra bien si ça correspond avec les vols suivants !

Fin de cet article en deux épisodes : le prochain  les résultats.

Merci d'avoir lu,
Bonnes chasses,
73 de Alain F6AGV